Informations

Que dit la loi sur les cigarettes électroniques?

Aujourd’hui, il n’existe aucune loi spécifique pour réglementer la cigarette électronique en Suisse. Cependant des lois existantes servent de base aux prises de position.

18-12-2018 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Combien de seniors fumeurs en Suisse ?

Le tabagisme chez les seniors est un enjeu de santé publique important, dû notamment à l’évolution démographique et au vieillissement de la population.

20-11-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quel est le profil de ces seniors fumeurs ?

Les profils de ces fumeurs seniors sont variés.

20-11-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quelles sont les raisons avancées par les seniors ?

Cette population a commencé à fumer dans un contexte totalement différent d’aujourd’hui.

20-11-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quelles sont les spécificités de l’arrêt tabagique chez les seniors ?

Il y a néanmoins quelques spécificités pour un arrêt tabagique à un âge avancé.

12-03-2018 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quelles sont les pistes d’interventions auprès de cette population ?

Afin de mettre en place une intervention auprès de ce public cible qui soit efficace, il s’agirait de prendre en compte certains aspects.

20-11-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Le CBD, qu’est-ce que c’est ?

Le cannabidiol, plus connu sous l’abréviation CBD, est un cannabinoïde présent dans la plante de chanvre. Cette substance ne confère pas d’effet psychotrope mais procure un effet relaxant.

06-10-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Que dit la loi sur le cannabis légal?

Le chanvre contenant du CBD et moins d’1% de THC est un produit légal. En effet, au vu de ses propriétés, il ne tombe pas sous le coup de la loi fédérale sur les stupéfiants et les substances psychotropes (LStup). Néanmoins, considéré comme un produit contenant des succédanés de tabac, il doit satisfaire par analogie à certaines exigences fixées pour les produits du tabac destinés à être fumés.

12-07-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quels sont les risques liés à la consommation de cannabis légal ?

La combustion de cannabis, qu’il soit légal ou illégal, génère des substances nocives pour la santé. Les risques liés à la consommation de tabac s’ajoutent à ceux de la consommation de cannabis en cas de mélange des deux produits fumés.

13-07-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Que recommande le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)?

Compte tenu du fait que la plupart du temps le cannabis légal est consommé avec du tabac et fumé, le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) ne recommande pas sa consommation en raison des risques engendrés par la combustion de ces produits et du fort pouvoir addictif de la nicotine.

De plus, dans une visée de protection de la jeunesse, le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) recommande d’adopter la même attitude par rapport au cannabis légal que face aux produits de cannabis classiques ou au tabac : les enfants et les adolescents ne devraient pas consommer ces produits.

Il reste en effet à déterminer si le cannabis à faible teneur en THC peut être une porte d’entrée à la consommation de tabac, notamment avec l’arrivée sur le marché de nouveaux conditionnements de produits, tels que des paquets de cigarettes industrielles contenant du cannabis légal.

Des études sur les effets et risques à long terme de la consommation de CBD sont également attendues.

06-10-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Qu’est-ce qu’un produit de tabac chauffé (« heated tobacco product »)?

Les produits de tabac chauffé doivent être différenciés des cigarettes électroniques : les premiers contiennent du tabac, contrairement aux secondes qui contiennent des liquides (nicotinés ou non), mais pas de tabac.

Les produits de tabac chauffé se distinguent également des cigarettes combustibles classiques concernant la manière dont le tabac est consommé : selon les firmes productrices, ces dispositifs permettraient en effet de chauffer le tabac sans le brûler et d’éviter ainsi la combustion et la production de fumée tout en assurant une délivrance suffisante de nicotine au consommateur.

17-12-2018 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quelle promotion de ces produits en est faite par les fabricants ?

L’iQOS est présenté comme une alternative moins nocive et plus « propre » à la cigarette traditionnelle, tout en assurant un plaisir de consommation proche de cette dernière. La communication de ce produit passe par un marketing soutenu dans les points de vente et des canaux inédits de diffusion se profilent (ex : Flagship store).

28-12-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

De quelles données dispose-t-on ?

Les fabricants évoquent une réduction allant jusqu’à 95% de l’émission des constituants nocifs pour la santé comparativement à la fumée de cigarette. La première étude indépendante semble confirmer cette réduction pour certains composés mais précise que d’autres sont décelés en quantités plus importantes que dans la fumée de cigarette traditionnelle. De nouvelles études indépendantes sont nécessaires afin d’évaluer les effets sur la santé.

13-12-2018 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quels sont les cadres légaux pour les produits de tabac chauffé (« heated tobaco product »)?

En tant que produits du tabac, les HTP suivent les mêmes réglementations que les cigarettes traditionnelles concernant les restrictions de publicité et l’interdiction de vente et de remise aux mineurs dans le canton de Vaud. Dans le cadre de la protection contre le tabagisme passif, le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) recommande d’en interdire la consommation dans les lieux publics intérieurs.

13-12-2018 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Qu’est-ce que la prévention ?

La prévention se réfère aux mesures qu’une société met en place pour éviter la survenue d’une maladie et/ou pour réduire les risques liés à certains comportements. Ces mesures peuvent consister en un aménagement de l’environnement, des mesures législatives ou encore des actions de sensibilisation et d’éducation pour la santé.

14-02-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Comment prévenir les dépendances ?

Les raisons qui font qu’une personne consomme ou ne consomme pas de substances psychoactives sont rattachées à deux dimensions : la personne et son contexte. Pour être efficace, la prévention des dépendances doit atteindre ces deux niveaux. La prévention structurelle a pour but de créer des milieux de vie favorables à la santé. La prévention comportementale vise à renforcer les compétences des individus en matière de santé.

13-12-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quels sont les objectifs et principes de la prévention du tabagisme ?

Le but de la prévention du tabagisme est de diminuer le nombre de maladies et de décès causés par le tabagisme. Cela passe par le fait d’encourager les non-fumeurs à le rester et motiver les autres à arrêter. « Dénormaliser » la consommation du tabac est dans ce contexte une priorité. La prévention comportementale et structurelle y contribuent.

13-12-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quelles sont les mesures efficaces pour réduire le tabagisme ?

La Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac édicte les mesures efficaces pour réduire durablement le tabagisme à l’échelle mondiale. Parmi elles, on compte l’augmentation du prix du tabac, l’interdiction de toute forme de publicité, la protection contre le tabagisme passif, l’information du public, la formation des professionnels ainsi que l’aide à la désaccoutumance tabagique. Ces mesures sont complémentaires et se renforcent les unes les autres.

13-12-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Où en est la prévention du tabagisme en Suisse ?

Malgré quelques avancées cette dernière décennie, la Suisse accuse un retard en matière de prévention du tabagisme si on la compare au reste de l’Europe. Elle est l’un des rares pays à ne pas avoir ratifié la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. En particulier, la Suisse fait figure de lanterne rouge pour ce qui est de la réglementation en matière de publicité pour le tabac.

03-05-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quelle opinion a la population suisse des mesures de prévention?

La population suisse est majoritairement favorable à un renforcement des mesures structurelles de prévention du tabagisme, notamment concernant la publicité.

15-12-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Quelle est l’exposition de la population suisse au tabagisme passif ?

Une étude de 2015 donne des réponses à cette question. Plus de détails dans cette rubrique.

13-10-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Culture et production de tabac

Les plants de tabac sont cultivés dans le monde entier. La Suisse en produit également. Mais, sur un plan purement agricole, le tabac joue aujourd’hui dans notre pays un rôle marginal. Plus de 90% de la surface cultivée se trouve dans les pays en développement ou nouvellement industrialisés. Au niveau mondial, l’industrie du tabac, représentée par quelques grands groupes privés qui se partagent le marché, est florissante. Elle enregistre chaque année des résultats en croissance et pèse des milliards.

24-10-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Conséquences de la culture sur l’être humain et l’environnement

Si la nocivité de la consommation du tabac est bien connue, l’impact de sa culture sur la nature et sur l’être humain l’est moins. Pourtant, dans les régions concernées, la culture du tabac apporte son lot de problèmes : pauvreté des cultivateurs, maladies professionnelles, travail des enfants, pollution, déforestation.

24-10-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Pratiques d’influence de l’industrie du tabac

Intrusion dans la recherche et désinformation, utilisation d’organisations tierces, lobbying politique, développement d’activités « socialement responsables » – autant de pratiques déployées par l’industrie du tabac pour bloquer les mesures de prévention et protéger ainsi ses intérêts au détriment de ceux de la santé publique. La Suisse n’est pas épargnée par le problème de l’influence des cigarettiers.

13-12-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Publicité, promotion et parrainage

L’industrie du tabac n’hésite pas à user de diverses stratégies pour promouvoir ses produits et augmenter ses ventes : publicité dans les points de vente, dans la presse, sur internet, sponsoring d’événements culturels ou sportifs, etc. Les techniques utilisées varient et suivent les dernières tendances en matière de marketing, contribuant à faire croire que fumer est un acte positif. Recruter de nouveaux consommateurs parmi les jeunes est une priorité pour les industriels du tabac.

24-10-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Bilan économique du tabagisme

L’Etat réalise un certain profit grâce au tabac. Ce bénéfice (2,2 milliards de francs en 2014) est toutefois relatif si l’on considère les coûts occasionnés par les conséquences du tabagisme au niveau de la société suisse (10 milliards de francs par an). Ainsi, contrairement à ce que l’on croit parfois, le tabac coûte beaucoup plus cher à la collectivité qu’il ne lui rapporte.

24-10-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

A quel âge les jeunes commencent-ils à fumer?

Différents facteurs et raisons peuvent amener les jeunes à commencer à fumer. Si les jeunes enfants présentent souvent une attitude de rejet envers le tabagisme, l’opinion vis-à-vis du tabagisme évolue au début de l’adolescence. Les premières expérimentations de la cigarette se font généralement autour de l’âge de 13 ans puis le nombre de fumeurs augmente rapidement dès l’âge de 15 ans. Les jeunes passent rapidement de la phase d’expérimentation à la consommation régulière de tabac et à la dépendance au produit.

17-12-2013 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Cancers

Fumer augmente le risque de développer de nombreux cancers : poumons, bouche, larynx, pharynx, œsophage, estomac, foie, pancréas, vessie, reins, uretère, col de l’utérus, cancer colorectal et leucémie.

14-08-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Maladies du coeur et de la circulation

Le tabagisme peut avoir des conséquences graves sur la santé du cœur et des vaisseaux sanguins. Arrêter de fumer apporte très rapidement des bénéfices pour la santé cardiovasculaire.

14-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Quelles sont les recommandations du Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) ?

Pour l’heure et au regard des premières données indépendantes, le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) :

  • rappelle que les produits de tabac chauffé ou « heated tobacco product » (HTP)  sont des produits du tabac et de ce fait ne recommande pas leur consommation.
  • recommande d’assimiler ces nouveaux produits aux cigarettes combustibles et de leur appliquer les mêmes réglementations.
  • recommande, en vertu du principe de précaution, qu’une interdiction de consommer de tels produits dans les endroits où il est déjà interdit de fumer soit préconisée. Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) encourage à ce titre les exploitants de lieux publics, les institutions et les entreprises à se doter d’un règlement interne interdisant l’utilisation de produits de tabac chauffé dans leurs locaux.
  • encourage la poursuite de nouvelles recherches et d’études indépendantes sur les produits de tabac chauffé.

13-12-2018 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Cigarette électronique: tour d’horizon

La cigarette électronique est de plus en plus connue et son utilisation fait débat. De quoi s’agit-il ? Est-elle toxique? Peut-elle aider à arrêter de fumer?

12-07-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Combien de jeunes fumeurs en Suisse?

Moins de 27% des jeunes vivant en Suisse fument. Environ 7% des jeunes de 15 ans fument tous les jours.

15-12-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Que disent les experts suisses sur la cigarette électronique?

Les avis des experts suisses sont partagés au sujet de la cigarette électronique. Pendant que certains y voient un réel instrument réduisant les risques pour la santé, d’autres craignent que son usage renormalise le fait de fumer et qu’il devienne une porte d’entrée vers le tabagisme, notamment pour les jeunes.

09-05-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Consommation de cigarettes électroniques en 2015

L’usage de la cigarette électronique est en augmentation en Suisse, mais le nombre de personnes qui vapotent régulièrement reste relativement faible.

20-08-2018 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Cigarette électronique: risque pour les jeunes?

Que penser de la consommation de cigarettes électroniques par les jeunes? Il est difficile de savoir si cela constitue une porte d’entrée vers le tabagisme.

17-01-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Cigarette électronique: recommandations pratiques du Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Il est actuellement admis que les risques liés au vapotage sont nettement inférieurs à ceux du tabagisme, même si des incertitudes existent quant à ses effets sur la santé à long terme. Compte tenu de l’état des connaissances actuelles, il n’est pas possible d’émettre des recommandations uniformes pour l’usage et la réglementation de la cigarette électronique valables pour l’ensemble de la population.

Dans ce contexte, le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) adopte dans ses recommandations pratiques une position différenciée en fonction des publics-cibles.

Tout d’abord, pour ce qui est des fumeurs, le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) :

  • soutient que le vapotage puisse être un mode de réduction des risques du tabac, sous réserve d’un arrêt complet de la consommation tabagique.
  • soutient que le vapotage puisse être un outil d’aide à l’arrêt du tabac chez les personnes désireuses de sortir du tabagisme et pour lesquelles les aides conventionnelles d’aide à l’arrêt ne font pas sens ou ont déjà été tentées sans succès.

Concernant l’ensemble de la population, le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) :

  • recommande, dans une visée de protection de la jeunesse et par principe de précaution, que l’accès aux cigarettes électroniques avec ou sans nicotine soit strictement réservé aux adultes.
  • recommande, en vue de l’incertitude quant à la nocivité du vapotage passif et en vertu du principe de précaution, qu’une interdiction de vapoter dans les endroits où il est déjà interdit de fumer soit préconisée. Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) encourage à ce titre les exploitants de lieux publics, les institutions et les entreprises à se doter d’un règlement interne interdisant l’utilisation de cigarettes électroniques dans leurs locaux.

20-08-2018 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Maladies des voies respiratoires

Les poumons et les bronches sont les premiers organes touchés lors de tabagisme. Les maladies respiratoires liées d’une manière ou d’une autre au tabagisme sont nombreuses.

13-08-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Tabac et diabète

Le tabagisme a une influence négative sur le diabète. En effet, le tabac augmente le risque de développer un diabète de type 2. De plus, le tabagisme aggrave les complications du diabète. C’est pourquoi il est fortement conseillé aux diabétiques d’arrêter de fumer.

20-11-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Fumer ou ne pas fumer: quelles sont les raisons avancées par les jeunes?

Une enquête a demandé à des jeunes de 14 à 19 ans résidant en Suisse pour quelles raisons ils sont non-fumeurs ou pourquoi ils ont commencé à fumer. Les fumeurs mettent en avant l’habitude prise, la diminution du stress ou encore le plaisir de fumer, alors que les non-fumeurs veulent éviter la dépendance et prendre soin de leur santé.

14-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Fumer ou non: des facteurs liés au contexte, au produit et à la personne

Fumer ou non peut être expliqué par une interaction complexe entre des facteurs liés au contexte, au produit et à la personne.

14-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Risques de la consommation de tabac pour les jeunes

Il existe une vulnérabilité psychologique propre à l’adolescence qui explique pourquoi les addictions commencent souvent à cette période de la vie. Les jeunes qui fument deviennent ainsi beaucoup plus vite dépendants au tabac que les adultes.

Plus on commence à fumer jeune, plus les chances de devenir un fumeur régulier sont grandes et plus il sera difficile d’arrêter.

Par ailleurs, les risques pour la santé de la consommation de tabac sont liés à la durée du tabagisme ainsi qu’au nombre de cigarettes fumées par jour.

14-03-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Cigarette électronique: liens et documentation

La cigarette électronique est un sujet d’actualité et il est parfois difficile de se retrouver dans tous les textes et toutes les études qui y sont consacrés. Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) a sélectionné pour vous quelques textes de référence.

18-01-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Comment aborder la question du tabac avec les jeunes?

Parler du tabac à partir de quel âge? Aborder la question du tabac de quelle manière? Faut-il faire peur? Vous trouverez de nombreux éléments de réponse sur le site

 

 

Ce site internet, pensé sous la forme d’une boîte à outils, centralise les informations et divers outils d’animation existants dans le domaine de la prévention du tabagisme auprès des jeunes.

14-02-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Chiffres sur la consommation de tabac en Suisse

Données générales

Le Monitorage suisse des addictions collecte chaque année, auprès de la population suisse, des données sur la consommation de substances psychotropes (tabac, alcool, cannabis, médicaments, etc.). Sur la base des données de 2015, il est estimé que 25% des personnes âgées de 15 ans et plus fument en Suisse. Ce chiffre est relativement stable depuis 2011. Les hommes sont un peu plus nombreux que les femmes à fumer (respectivement 29% contre 21.2%).

Les données du Monitorage suisse sur le tabac de 2011 montrent que la grande majorité (87%) des fumeurs adultes ont commencé leur consommation avant 21 ans. La probabilité de commencer à fumer est ainsi faible une fois passé cet âge.

Ce sont parmi les 20 à 24 ans et les 25 à 34 ans que l’on trouve les plus grandes parts de fumeurs, respectivement 37.3% (33% en 2014) et 36.5% (34.7% en 2014). La consommation de cigarettes tend ensuite à diminuer avec l’âge.

Concernant la consommation de tabac chez les jeunes, la part de fumeurs s’élève à 24% chez les 15 à 19 ans (24% des jeunes hommes et 24% des jeunes femmes) et à 30.65% chez les 15 à 24 ans (31.05% des hommes et 30.25% des femmes).

L’enquête HBSC (Health Behaviour in School-aged Children), menée régulièrement auprès des écolières et écoliers suisses, montre pour 2014 qu’un peu plus d’un tiers des jeunes de 15 ans ont déjà fumé une fois et que 7% fument tous les jours. 12% des garçons et 9% des filles de 15 ans fument au moins une fois par semaine.

Différences socio-démographiques

Le taux de fumeurs varie selon le niveau de formation. Chez les hommes, le pourcentage de fumeurs est plus élevé parmi ceux ayant un bas niveau de formation que parmi ceux ayant une formation dite supérieure.

Près d’un quart des hommes ayant au plus terminé l’école obligatoire (24.8%) ou ayant suivi une formation générale sans maturité, une formation professionnelle de base ou un apprentissage (23.9%) fume quotidiennement, alors que 21.6% de ceux ayant achevé une formation professionnelle supérieure et seuls 11.9% de ceux ayant achevé une formation universitaire ou HES font de même.

Ces différences peuvent s’observer également chez les femmes, mais elles sont moins marquées.

Les personnes sans emploi sont particulièrement touchées par le tabagisme: deux personnes sans emploi sur cinq fument quotidiennement (39%).

Produits du tabac consommés

Les fumeurs quotidiens consomment en moyenne 13.4 cigarettes par jour.

Alors que la consommation de cigarettes industrielles (en paquet) est la norme, on observe, entre 2011 et 2014, une augmentation assez importante du nombre de consommateurs de cigarettes roulées à la main: la part de fumeurs consommant uniquement des cigarettes roulées à la main est de 8.6% chez les fumeurs quotidiens et de 5.3% chez les fumeurs occasionnels (contre respectivement 4.8% et 2.8% en 2011). Fumer des cigarettes roulées à la main semble particulièrement courant parmi les fumeurs de moins de 25 ans et surtout chez les 15-19 ans (43.8 des fumeurs quotidiens et 40.4 des fumeurs occasionnels de cet âge fument uniquement ou parfois des cigarettes roulées à la main).

La consommation de pipe à eau (shisha) est plus répandue chez les 15-19 ans. En effet, 35.3% des fumeurs occasionnels de cet âge et 19% des fumeurs quotidiens disent fumer la pipe à eau. La consommation de la pipe à eau tend à diminuer avec l’âge.

D’autre part, 2.8% de la population générale consomme des produits du tabac sans fumée (l’usage de cigarette électronique n’est pas considéré), principalement du tabac à priser (2%).

Intention d’arrêt

Selon le Monitorage suisse des addictions de 2015, plus de la moitié des personnes qui fument – 52.8% – souhaitent arrêter de fumer (60.1% des fumeurs quotidiens et 37.2% des fumeurs occasionnels). Et 32.7% des fumeurs avaient l’intention d’arrêter de fumer dans les six mois à venir.

Evolution du tabagisme

Depuis 2001, la proportion de fumeurs a globalement diminué en Suisse. Le taux de fumeurs dans la population était en effet de 33% en 2001 et a baissé à 25% en 2015.

La proportion de fumeurs chez les 15 à 19 ans a également diminué depuis 2001 (36% en 2001 contre 24% en 2015).

Selon l’enquête HBSC de 2014, la consommation de tabac a aussi baissé chez les jeunes de 11 à 15 ans. 12% des garçons et 9% des filles de 15 ans fument au moins une fois par semaine, contre 19% et 15% en 2010. Environ 7% des jeunes de 15 ans fument tous les jours; ce chiffre était de 12% en 2010.

Note

Les données de 2001 se basent sur le Monitorage sur le tabac en Suisse et les données de 2015 sur le Monitorage suisse des addictions. Même si les méthodes de ces deux enquêtes ne sont pas identiques, la comparaison de leurs données offre un aperçu de l’évolution du tabagisme en Suisse.

Tabagisme passif

En 2015, 5.4% de la population âgée de 15 ans et plus a été exposée à la fumée passive durant 7h ou plus par semaine. Le nombre de personnes exposées 1h ou plus par semaine s’élève à 33.4%. Les moins de 25 ans restent plus particulièrement touchés par le tabagisme passif.

Pour plus d’informations

08-02-2018 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Commerce illicite de produits du tabac

Le marché noir des produits du tabac représente un problème majeur de santé publique, de perte de revenus pour les Etats, voire de sécurité. La contrebande est profitable pour les fabricants de tabac : les cigarettes bon marché incitent les plus jeunes à commencer à fumer et dissuadent les fumeurs d’arrêter.

25-10-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Maladies de la bouche et des dents

La fumée du tabac abîme toute la bouche, même si on se brosse régulièrement les dents. Les fumeurs ont très souvent des problèmes bucco-dentaires.

14-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Maladies des yeux

La fumée favorise l’apparition de la cataracte et de la dégénérescence maculaire liée à l’âge.

10-12-2013 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Complications dans les traitements

Consommer du tabac augmente le risque de complications pendant ou après une intervention chirurgicale.

14-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Tabac et alcool

Les consommations d’alcool et de tabac vont souvent de pair. Les fumeurs boivent plus que les non-fumeurs et les personnes qui ont une consommation problématique d’alcool fument plus que les buveurs occasionnels.
Etre consommateur de tabac et avoir une consommation problématique d’alcool multiplie le risque de développer certains cancers (bouche, gorge, œsophage, foie). Plus de la moitié des patients fumeurs en traitement pour une dépendance à l’alcool meurent de maladies liées au tabac.

08-10-2015 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Tabac et troubles psychiques

Les personnes souffrant de troubles psychiques sont beaucoup plus nombreuses à fumer et fument plus que le reste de la population. Pourquoi ce lien entre troubles psychiques et tabagisme ? Une multitude de facteurs physiques, psychiques et sociaux entrent en ligne de compte. L’arrêt du tabac peut être plus difficile chez ces personnes mais il reste malgré tout possible.

10-12-2013 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Que sait la population suisse sur les dangers de la fumée passive?

Une étude de 2014 donne des réponses à cette question. Plus de détails dans cette rubrique.

18-04-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Etat des connaissances de la population suisse sur la dangerosité du tabagisme

Le Monitorage suisse des addictions (MSA) a sondé en 2014 l’état des connaissances de la population suisse sur la dangerosité du tabagisme. Présentation des principaux résultats dans cette rubrique.

15-01-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Caractéristiques de la dépendance

Un fumeur dépendant a des difficultés à maîtriser sa consommation : fumer n’est plus un choix mais un besoin dont il est difficile de se défaire.

10-12-2013 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Fonctionnement de la dépendance

La nicotine contenue dans le tabac rend rapidement dépendant en activant une région du cerveau appelée le « circuit de la récompense ». Le cerveau assimile alors le fait de fumer à un plaisir, ce qui pousse à recommencer à fumer. Progressivement il devient nécessaire de fumer plus pour obtenir le même niveau de satisfaction; le fumeur ressent des symptômes de manque entre deux cigarettes, symptômes qu’il apaise en fumant.

10-12-2013 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Différents types de dépendance

La dépendance peut être décomposée en trois types : la dépendance physique, la dépendance psychologique et la dépendance comportementale. Ces trois types de dépendances interagissent entre elles et varient d’un individu à l’autre.

13-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Bénéfices de l’arrêt

Arrêter de fumer est l’une des meilleures actions que vous pouvez mener pour améliorer votre santé et votre qualité de vie, quel que soit votre âge. Les bénéfices de l’arrêt du tabac sont nombreux et ne concernent pas que la santé. Certains d’entre eux apparaissent déjà au bout de quelques heures. Quand vous arrêtez de fumer, vous augmentez votre espérance de vie et gagnez des années en meilleure santé.

18-02-2015 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Conseils pour arrêter de fumer

La motivation est essentielle pour arrêter de fumer. Il convient également de planifier et de préparer votre arrêt, pour mettre toutes les chances de votre côté. Il est possible d’arrêter seul, mais se faire soutenir par des proches et/ou un professionnel augmente les chances de réussite.

13-12-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Méthodes pour arrêter de fumer

Il existe de nombreuses méthodes pour arrêter de fumer, mais toutes n’ont pas été prouvées scientifiquement. N’hésitez pas à vous faire conseiller par un professionnel pour vous aider à faire votre choix.

03-02-2015 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Conséquences de l’arrêt

Arrêter de fumer demande de trouver un nouvel équilibre. Cela nécessite un peu de temps, durant lequel il est possible de ressentir différents symptômes de manque, comme des envies de fumer, de l’irritabilité ou de la fatigue. Ces symptômes peuvent être soulagés par des médicaments comme les substituts nicotiniques. Ils disparaissent au bout de quelques jours ou semaines. La prise de poids est possible mais elle n’est pas systématique.

31-03-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Adresses pour arrêter de fumer

Différents professionnels, organismes et outils sont à votre disposition pour vous aider dans votre démarche d’arrêt. Vous trouverez ici la liste des adresses et ressources utiles pour le canton de Vaud.

04-10-2017 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté) et Tabacologie de la PMU de Lausanne

Définition et dangerosité de la fumée passive

La fumée passive est dangereuse pour la santé car elle contient les mêmes substances toxiques et cancérigènes que la fumée aspirée par les fumeurs. Le tabagisme passif peut aggraver des maladies existantes et peut en créer de nouvelles.

17-11-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Les risques liés au tabagisme passif

Le tabagisme passif présente des risques pour le fœtus, pour les enfants et pour les adultes non-fumeurs.

14-03-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Comment se protéger du tabagisme passif?

Seuls les espaces 100 % non-fumeur offrent une protection efficace contre le tabagisme passif.

22-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Composition d’une cigarette

De nombreuses substances toxiques composent une cigarette. La fumée de tabac contient plus de 7’000 substances chimiques, dont près de 70 sont cancérigènes. Qu’elle soit aspirée (inhalée) de manière active ou passive, la fumée de cigarette est dangereuse pour la santé.

22-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Cigarettes roulées à la main

Les cigarettes roulées à la main sont perçues comme plus « naturelles » et donc moins nocives pour la santé. Cette perception est fausse: les cigarettes roulées sont aussi toxiques que les cigarettes vendues en paquet.

24-03-2016 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Cigarettes « légères »

Les cigarettes « légères » ont des taux de nicotine
et de goudrons plus bas que ceux des cigarettes
classiques, mais ne sont pas moins dangereuses
pour la santé.

23-08-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Cigarettes « sans additifs », « biologiques », « naturelles »

Ces appellations laissent penser que ces cigarettes sont moins dangereuses pour la santé que les cigarettes classiques, ce qui est faux. Avec ou sans additifs, tous les produits du tabac sont la cause de graves maladies et peuvent entraîner une dépendance.

10-12-2013 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Cigares

Fumer le cigare n’est pas moins dangereux que fumer les cigarettes. Une bouffée de fumée de cigare contient plus de nicotine, de substances toxiques et cancérigènes qu’une bouffée de fumée de cigarettes.

14-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Pipe à eau (narguilé, shisha ou hooka)

La pipe à eau ou shisha plaît par son côté exotique et sa nature présumée sans danger. Or son utilisation présente les mêmes risques pour la santé que fumer la cigarette: contrairement à ce qui est souvent pensé, l’eau ne filtre pas les substances toxiques contenues dans le tabac.

14-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Tabac à chiquer et snus

Le tabac oral se consomme soit sous forme de tabac à chiquer ou à mâcher, soit sous forme de tabac moulu appelé snus. Ces deux modes de consommation du tabac peuvent rendre dépendant et comportent des risques pour la santé.

14-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Tabac à priser

Le tabac à priser se présente sous la forme d’une fine poudre à aspirer par le nez, souvent vendue en petites boites métalliques. Comme toutes les formes de consommation du tabac, son utilisation est mauvaise pour la santé et peut provoquer une dépendance.

14-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)

Tabac et cannabis

Les joints sont la plupart du temps préparés en mélangeant du tabac au cannabis. Les fumeurs de joints sont donc confrontés aux mêmes risques (dépendance et maladies) que les fumeurs de cigarettes, avec en plus les effets psychoactifs du cannabis.

14-01-2014 | Le Centre universitaire de médecine générale et santé publique (Unisanté)